Agatha Christie, le chapitre disparu – Brigitte Kernel

agatha

J’avoue qu’avant de lire ce livre, je ne savais pas qu’Agatha Christie avait disparu pendant onze jours, lors de l’hiver 1926. Qu’a-t-elle fait durant ces onze mystérieux jours ? L’affaire n’a finalement pas été élucidée car la romancière anglaise n’a jamais souhaité éclaircir le mystère. Dans Agatha Christie, le chapitre disparu, Brigitte Kernel tente donc d’imaginer ce qui a pu arriver, et l’histoire qu’elle invente est pour le moins cocasse !

Agatha Christie vient de mettre le point final à son autobiographie. Mais elle sait déjà que son éditeur va lui faire remarquer qu’il manque des pages : celles consacrées aux journées du 3 au 14 décembre 1926, durant lesquelles elle a tout bonnement disparu. Ces pages, elle les a bien écrites, mais ne tient pas à les révéler. Et c’est ce mystérieux chapitre que nous fait découvrir Brigitte Kernel : très affectée par la mort de sa mère et la décision de son mari infidèle de divorcer, la reine du crime s’enfuit de chez elle avec l’intention de se suicider. Mais un concours de circonstances va l’emmener vers d’autres aventures…

D’une manière générale, ce roman est davantage une comédie qu’un drame. Même si j’ai trouvé l’intrigue un peu farfelue, je dois dire que je me suis laissée prendre au jeu, et j’ai souvent souri. On va suivre au jour le jour l’escapade de la romancière, ses pensées les plus intimes et son cheminement psychologique. Et visiblement, Agatha n’est pas toute seule dans sa tête ! Elle entretient de nombreuses joutes verbales fictives avec Hercule Poirot, avec sa mère décédée, mais aussi avec elle-même, ce qui ne manque pas de rajouter un soupçon de cocasserie à l’histoire !  Autres aspects qui y participent : les dialogues entre les personnages (notamment entre le mari infidèle et l’inspecteur chargé de l’enquête), et le fait que tous les journaux du pays inventent chaque jour de nouvelles théories extravagantes sur la disparition de la romancière !

On découvre une Agatha Christie très british, fantasque, prête à se travestir et à s’embarquer dans une aventure complètement loufoque, soutenue par des amies qui ne le sont pas moins ! D’un autre côté, Brigitte Kernel développe une autre facette de la personnalité de la romancière qui m’a un peu déroutée : elle se dévalorise beaucoup, a l’air peu sûre d’elle, et est complètement dépendante affectivement… Était-ce vraiment la réalité ?… Bon, en même temps, son mari l’a trompée avec sa secrétaire : pas de quoi faire la grosse teuf non plus…

Par ailleurs, j’ai bien aimé comment Brigitte Kernel a tenté de mêler ce qui a sans doute été la réalité, et la part de fiction. Comme quand Agatha Christie s’inspire de ce qu’elle va vivre durant ces onze jours pour commencer un nouveau roman, en s’inspirant des diverses personnes qu’elle va rencontrer.

Bref, un petit roman sympa, facile et rapide à lire, et qui permet en outre de plonger dans l’univers de la célèbre reine du crime, et de spéculer sur ce qui a finalement bien pu se passer dans sa vie, ces fameux onze jours de décembre 1926…

Publicités

3 réflexions sur “Agatha Christie, le chapitre disparu – Brigitte Kernel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s