L’Analphabète – Agota Kristof (abonnement Exploratology)

IMG_5038

Lorsque j’ai reçu mon deuxième colis Exploratology, il y a deux ou trois semaines, je n’étais que joie. Je ne l’ai pas ouvert tout de suite parce que j’étais pressée, et je voulais avoir le temps de savourer ce moment (oui, c’est tout un cérémonial : je ferme les volets, j’allume des bougies, je fais brûler de l’encens, je… Nan, j’déconne).

Je finis donc par l’ouvrir le lendemain. L’enveloppe rouge, fermée par un sticker oiseau, est grande mais mince. Très mince. Je me suis même demandée s’ils avaient oublié de mettre le livre à l’intérieur. Mais livre il y a bien, accompagné, comme à chaque fois, de thé, d’une gourmandise, et d’un petit mot de Marjorie, que je m’empresse de lire en découvrant le frêle bouquin de 50 pages que j’ai reçu.

Marjorie me dit que c’est peut-être le plus court roman qu’elle aura envoyé depuis le début de l’aventure Exploratology, qu’elle a même un peu hésité en le choisissant, même si « on ne mesure pas la qualité d’un livre à son poids en feuilles ». C’est vrai. N’empêche que je suis un peu déçue (et je trouve la couverture moche pas très attrayante), mais attendons de voir.

L’Analphabète est en fait un récit autobiographique (pas ma came, ça se corse !), écrit en 2004 par Agota Kristof, d’origine hongroise, et installée en Suisse depuis 1956. Le livre est découpé en onze petits chapitres, correspondant à onze moments de sa vie, de la petite fille qui dévore des livres en Hongrie à l’écriture des premiers romans en français. L’enfance heureuse (elle est née en 1935), la pauvreté après la guerre, les années de solitude en internat, la mort de Staline, la langue maternelle et les langues « ennemies » que sont l’allemand et le russe, la fuite en Autriche et l’arrivée à Lausanne, avec son bébé.

Bon, j’ai bien compris que si Marjorie a choisi ce bouquin (et elle ne s’en cache pas), c’est aussi parce que certains passages font écho à l’actualité : la fuite de Hongrie, écrasée par le régime soviétique, en pleine nuit, avec un passeur ; le transit par l’Autriche ; l’arrivée dans un pays d’accueil dont on ne connait ni la culture, ni la langue ; l’insertion difficile dans cette société, et dans cette nouvelle vie…

Je ne peux finalement pas dire que je n’ai pas aimé. La lecture est facile : les phrases sont courtes et vont à l’essentiel, et les mots toujours finement choisis. L’histoire est intéressante, et Agota Kristof a de l’humour. Elle explique très justement comment elle s’est sentie « analphabète » quand elle est arrivée en Suisse et a du faire face à la langue française, alors qu’en Hongrie, elle savait lire à quatre ans. J’ai trouvé émouvant sa manière d’évoquer le déracinement, et d’expliquer comment beaucoup de pays de l’est, écrasés par la botte soviétique, ont vu leur culture être complètement bafouée.

J’ai découvert une auteure que je ne connaissais pas, et j’ai lu un livre que je n’aurais sans doute pas choisi toute seule. Mais voilà : je reste sur ma faim. C’était court, beaucoup trop court. On ne peut pas raconter une vie aussi dense en 50 pages (quoique, visiblement si !) ! Il y a tellement matière à développer ! Mais c’est peut-être l’occasion pour moi de lire d’autres œuvres de cette auteure…

Et vous, est-ce que vous connaissiez Agota Kristof ?

Publicités

7 réflexions sur “L’Analphabète – Agota Kristof (abonnement Exploratology)

  1. Marina Le Lann dit :

    Wow j’ai lu sa trilogie (Le Grand cahier, La preuve et Le Troisième mensonge et j’ai été complètement désarçonnée à l’époque (j’avais 18 ans), j’ai même détesté : trop cru, trop implicite … Bon, j’ai grandi (vieilli), peut-être que ça irait mieux maintenant, si t’as l’occasion de me le prêter, je tenterai bien son autobio. Voilà, et je dois encore avoir les romans dont je te parles si ça t’intéresse.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s