J’ai lu mon premier Stephen King ! (et c’était bien)

simetierre2

Hier midi, autour d’un succulent kig ha farz, ma belle-sœur me faisait remarquer qu’elle avait lu son premier Stephen King à 14 ans. J’ai essayé de m’imaginer lire Simetierre à 14 ans, et je pense que ça aurait été un gros échec… J’aurais trouvé ça trop long, trop angoissant, et je n’aurais vraiment pas compris l’intérêt d’un tel bouquin (soyons clair : je me serais arrêtée au bout de 30 pages…).

Comme quoi, nos goûts changent ! 

Je vous annonce donc que ma rencontre avec Stephen King, à 33 ans, est un succès ! Il a quand même failli y avoir calage au démarrage, quand, il y a quelques mois, j’ai commencé à lire Misery : je n’ai pas du tout accroché ! Mais peut-être que je n’ai pas été assez persévérante.

Mais revenons à celui que j’ai lu (en entier !) : Simetierre. Depuis cette lecture, je sursaute presque quand je vois un chat… Même le mien me fait un peu flipper…

Je dois avouer que pendant des années, alors même que Stephen King ne m’intéressait pas du tout, je me suis quand même toujours demandée POURQUOI (??) le mot Simetierre était orthographié ainsi. Visiblement ma curiosité a des limites puisque je n’étais jamais allée au bout de ce mystère… Et ça y est, enfin : JE SAIS.

Pour celles et ceux qui ne le connaîtraient pas encore, ce best-seller, écrit entre 1979 et 1982, raconte l’histoire de Louis Creed, un jeune médecin de Chicago, qui vient s’installer avec sa femme et ses deux enfants à Ludlow, petite bourgade du Maine. Leur voisin, le vieux Jud Crandall, les emmène alors visiter le pittoresque « simetierre » où des générations d’enfants ont enterré leurs animaux familiers. Mais, au-delà de ce « simetierre », tout au fond de la forêt, se trouvent les terres sacrées des Indiens : un lieu interdit qui séduit pourtant par ses monstrueuses promesses…

Le thème prédominant de Simetierre est bien évidemment la mort. King y décortique la douleur, les faiblesses et les peurs engendrées par le décès d’un proche : comment gérer tous ses sentiments sans sombrer dans la folie ? La manière dont la mort est traitée ici est extrêmement glauque, mais King insuffle tellement de suspense au fil des pages qu’on ne peut plus lâcher ce bouquin ! J’ai également été troublée par le mélange de fantastique et de réalisme que l’auteur arrive à distiller tout au long de son récit.

Ce livre est dense (570 pages), mais je l’ai pourtant lu très vite, tant j’étais suspendue au fil de la narration (et le style est également très abordable !). Paradoxalement, je lui ai trouvé quelques longueurs car les descriptions (lieux, objets, sentiments, gestes…) sont très précises, ce qui fait durer interminablement le suspense (évidemment c’est voulu, et ça a bien joué sur mes nerfs : bravo !).

Bref, je pense que je vais pouvoir continuer l’aventure Stephen King ! Mais avec lequel ?? Quand je sonde les gens autour de moi, les avis divergent et les passions se déchaînent (j’exagère à peine !). On m’a vendu Ça, La ligne verte, Misery, Shining… J’aimerais bien lire Salem.

J’attends vos suggestions !

Publicités

6 réflexions sur “J’ai lu mon premier Stephen King ! (et c’était bien)

  1. Marina Le Lann dit :

    Misery pour le huis-clos intenable, Shining parce que c’est lui que j’ai lu en premier à 12 ans (l’angoisse absolue …), Marche ou crève parce qu’absolument haletant (et qui fait abandonner toute velléité de rando) et Salem est très très bon. J’ai adoré 22/11/63 mais c’est un autre registre. Voilà, comme ça tu as par écrit ce que je t’ai déjà dit 1000 fois.

    J'aime

  2. Delph dit :

    SALEM pour bien flipper… Différentes saisons : un recueil de nouvelles. Dans les derniers du King : les 2 tomes de Dome. Et puis l’incontournable SHINING et sa suite Doctor Sleeps… Mais suis inconditionnelle donc !!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s