La ballade d’Hester Day – Mercedes Helnwein

hester day

C’est l’histoire d’une fille qui ne voulait pas aller au bal de promo, d’un apprenti poète qui l’a épousée pour trouver l’inspiration, et d’un petit garçon rondouillard qui, à défaut d’être cow-boy de l’espace, est ravi de tracer la route en camping-car avec eux.
La petite bande d’Hester Louise Day se met en marche : dysfonctionnels, tendres, drôles et recherchés par la police et le FBI parce que quand Jethro, son cousin de dix ans, s’est invité dans son road trip, Hester n’a pas réfléchi aux conséquences.

Hester a pris la route parce qu’elle ne sait pas ce qu’elle veut. Ça ne la dérange pas d’être rattrapée, mais pas tout de suite, pas trop vite. Avant, il y a des paysages nouveaux à traverser, des rencontres insolites à faire, des éclats de rire et de colère, un peu d’amour ce serait bien, même si son jeune époux, Fenton Flaherty, n’est pas un grand sentimental. Bref, une ballade belle et mélancolique, comme celles dont on fait les grands blues. 

Acheté un peu par hasard parce que le pitch me plaisait, j’ai vraiment été conquise par ce roman. L’histoire de la nana de 18 ans qui ne se fait plus aucune illusion sur la vie et qui refuse de se la laisser dicter par sa famille et la société en général, ça me paraissait plutôt cool. Hester va donc emprunter des chemins de traverse pour se sentir exister ; des chemins qui semblent ne la mener nulle part mais qui vont pourtant la faire avancer.

La palette de personnages est savoureuse ! J’ai donc adoré Hester, la jeune fille nonchalante complètement barrée et décalée ; Fenton, le poète en mal d’inspiration, aussi bizarre et insupportable qu’Hester ; et Jethro (mon préféré !!), le cousin d’Hester, gamin lunaire, intuitif, et terriblement attachant. Les personnages secondaires sont également terribles : la mère d’Hester, complètement hystérique ; le père, non concerné ; la sœur superficielle, jalouse, et peste au possible ; mais aussi tous ceux que notre trio rencontrera au fil des kilomètres parcourus.

J’ai aimé ce roman road-trip parce qu’on s’y croirait vraiment, avec eux, dans le camping-car. La plupart des titres de chapitres fait référence à des chansons de blues qui rythment le bouquin : j’ai d’ailleurs écouté ces chansons pour m’immerger à fond ! On traverse une partie des États-Unis avec ces personnages complètement atypiques, aux caractères bien trempés et aux réactions inattendues (car évidemment, le voyage ne va pas être un long fleuve tranquille…).

Durant cette virée, Hester, que jusque là rien ne touchait, va peu à peu découvrir qu’elle peut ressentir plein de choses : l’amour, la tendresse, le manque, le vide… Jusqu’à toucher le fond, et rebondir dans les toutes dernières pages du roman !

Publicités

Une réflexion sur “La ballade d’Hester Day – Mercedes Helnwein

  1. Béné dit :

    Dans le style road trip, y’a le très vendu (je l’ai vu dans toutes les vitrines) « Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire », et c’est assez drôle parce que là le « fugitif » est centenaire alors que dans la ballade que tu nous conseilles c’est une toute jeune fille. Je crois que l’on peut être aussi blasé à 18 ans qu’enthousiaste à 100! J’ai adoré les aventures de ce vieillard lucido-naïf.

    J’aime bien le concept du roman road trip, ça donne du rythme au récit, c’est toujours surprenant.

    Je retiens cette ballade et le Barjavel pour ce soir,

    😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s